Teeŋtingol ɗaɓɓaande laawɗingol ɗemɗe ngenndiije Pulaar, Sooninke e Wolof, kam e naattingol mum en he nder Tippudi Nehdi e Jaŋde : BAYYINAANGO TEEŊTINGOL

0
95
Maaɗe tati pelle pine ngenndiije
Maaɗe tati pelle pine ngenndiije

Ngam laawɗingol e naattingol timmungol ɗemɗe ngenndiije nder tippudi nehdi e jaŋde MuritaniTuggi 1960 faade hannde, mbayliigaaji jaŋde keewɗi mbaɗaama he Muritani (1959, 1967, 1973, 1979, 1984 e 1999). Kañji kala ko ɗi mbayliigaaji politik e/walla miijooji, baɗaaɗi he nder ngonka iiñcuru. Hay heen mbayliigu ngootu teskaaki keewal pine leydi ndii, hay heen ngootu yahdaani e jojjanɗe ndimaagu, e ɓamtaare e demokaraasi, alaa ko haali jojjanɗe ɓesngu leydi ndii he kuuɓal mum. Ɗi meeɗaa ɓeteede ɓeto goonganteewo. Ine jeyaa e baɗte ɗii mbayliigaaji, joñgol ɓurtungol sukaaɓe ɓe ɗemngal mum en neeniwal wonaa Arab.

Ine foti teeŋtinen wonde, tuggi 1979 haa 1989, Muritani dañii humpito yuumtungo he nder janngingol sukaaɓe leƴƴi men he nder ɗemɗe ngenndiije leydi ndii fof, hono arab, pulaar, sooninke e wolof. Sibu, he hitaande 1979 laamu Muritani sosii Duɗal Ɗemɗe Ngenndiije (DƊNG), ngam heblanaade ciynugol mbayliigu Tippudi Nehdi e Jaŋde (TNJ) tuugiingu he ɗemɗe ngenndiije, he hitaande 1985, ngu halfini ɗum hoolkisaade jannginirgol fannuuji he nder ɗemɗe pulaar, sooninke e wolof he denndaangal tolno jaŋde leslesre kam e jaŋde mawɓe, he nder daawal duuɓi jeegom. E nder ngalɗoon daawal duuɓi jeegom hoolkiso, DƊNG waɗii heen golle maantinɗe. Ɓetooji ɗi sarwisaaji Jaagordu Jaŋde Leslesre e Hakkundeere jogiiɗi oon hattan, kam e Biro Diiwaniijo wonande Nehdi e Jaŋde he Afrik (BREDA/UNESCO), mbaɗnoo ɗii fof e yuumtude, kuftodingol ngoo jarribo kam e mbayliigu cabbanoongu nguu niilnaa e hitaande 1989, sabu tiinde hesere nde laamu nguu ƴettunoo he oon sahaa. Ngoo jarribo yuumtungo ngo laamu nguu dartini ko aldaa e hujja laaɓtuɗo, ina waawnoo wonde ndaɗɗudi eɓɓaande naatnaatondiral ngenndi duumotoongal, ngam ngootaagu ngenndi tiiɗngu, duumotoongu.E tuugnaade e geɗe keewɗe, gila e Doosgal leydi ndii, haa e njeñtudi golle Duɗal Ɗemɗe Ngenndiije, kam e binndaaɗe e sariyaaji winndere ɗi Muritani siifi (Bayyinaango huuɓtodinngo jojjanɗe Aadee, Nanondiral Afrik wonannde Jojjanɗe Aadee e Ɓesnguuji ekn.), baɗɗinɗi he mum ndeenka e ƴellitgol keewal pine kam e hakke mo kala ɓiyleydi jogii ngam waawde feɗɗitaade nder ɗemngal mum e pinal mum, hannde, ɗee kuule gorwore garooje ine mbaɗɗii : – Laawɗingol ɗemɗe men ngenndiije ɗee kala ngam waɗtude ɗe ɗemɗe jaŋde e njuɓɓudi laamu, ɗemɗe kumpital, faggudu e ɓamtaare renndo, e raɓɓiɗinaade, ɗemɗe kuutorteeɗe he nder denndaangal ceŋɗe nguurndam ngenndi ndii. – Naattingol jooni jooni ɗemɗe pulaar, sooninke e wolof nder tippudi nehdi e jaŋde ; tawa ko tippudi nehdi e jaŋde ngaddotoondi potal fartaŋŋeeji wonande denndaangal ɓiɓɓe leydi ndii, tuugiindi kadi he ɗooftagol hakkeeji to bannge ɗemɗe e pinal leƴƴi leydi ndii kala.

Nuwaasoot, ñalnde 18/8/2021

Pelle pine ngenndiije : FƁPM/ARPRIM, AMPLCS, APROLAWO

——————————

DECLARATION Pour une officialisation et une réintégration effective des langues nationales dans le système éducatif mauritanien

Depuis 1960 différentes réformes de l’éducation ont été engagées en Mauritanie (1959, 1967, 1973, 1979, 1984 et 1999), toutes fondamentalement politiques et/ou idéologiques et élaborées sous la pression de situations de crises. Aucune de ces réformes n’a tenu compte du caractère multiculturel du pays, aucune d’elles n’a répondu aux exigences d’indépendance, de développement et de démocratie, encore moins aux aspirations des populations dans leur ensemble. Elles n’ont jamais été évaluées objectivement. Elles ont engendré entre autres conséquences, une marginalisation prononcée des enfants dont l’arabe n’est pas la langue maternelle.

Il importe de souligner que de 1979 à 1989, la Mauritanie a connu une expérience réussie d’enseignement de toutes les langues nationales arabe, pulaar, sooninke et wolof aux enfants des diverses communautés mauritaniennes. En effet, en 1979, dans la perspective de la mise en place en 1985 d’une réforme de l’enseignement basée sur les langues nationales, le gouvernement mauritanien a créé un Institut des Langues Nationales (ILN) avec pour mission d’expérimenter pendant six ans les langues pulaar, sooninke et wolof comme véhicules d’enseignement à tous les niveaux du cycle fondamental et dans les programmes d’alphabétisation. Au terme de cette période d’expérimentation de six ans, l’ILN a réalisé de remarquables travaux. Malgré l’évaluation positive de ses réalisations par les services compétents du Ministère de l’Enseignement Fondamental et Secondaire et du Bureau Régional pour l’Education en Afrique (BREDA/UNESCO), la généralisation de cette expérience et la réforme attendues sont annulées en 1989, en raison des nouvelles orientations du pouvoir. Cette expérience réussie arrêtée par le gouvernement sans justification objective, aurait pu servir de base de projet d’intégration nationale viable, pour une unité nationale solide et pérenne. Aujourd’hui, au regard de ces différents facteurs, de la Constitution du pays, des résultats de l’ex Institut des Langues Nationales, des textes et règlements internationaux ratifiés par la Mauritanie (Déclaration universelle des droits de l’homme, Charte Africaine des droits de l’Homme et des Peuples, etc.) qui l’engagent à protéger et à promouvoir la diversité culturelle et le droit de chaque citoyen à s’épanouir dans sa langue et dans sa culture, les mesures fondamentales suivantes s’imposent :- l’officialisation de toutes nos langues nationales en vue d’en faire des langues d’enseignement, d’administration, de communication, d’économie et de promotion sociale, en un mot leur permettre d’investir tous les domaines de la vie nationale. – La réintégration dans l’immédiat des langues pulaar, soninké et wolof dans le système éducatif ; un système éducatif assurant l’égalité de chances pour tous les fils du pays et fondé sur le respect des droits linguistiques et culturels des communautés nationales.

Nouakchott, le 18/08/2021

Les Associations culturelles nationales signataires : ARPRIM, AMPLCS et APROLAWORIM

Woppu jaabawol

Winndu yowre maa
Winndu ɗoo innde maa