Guwarnama Muritani e ƴellitaare ɗemngal Arab

4
1037

Doktoor Mullaay wul Muhammed Lagdaaf, gardiiɗo hilifaaɓe Muritani, noddii e daranagol ƴellitgol ɗemngalArab. O waɗi ngoon noddaango ko eudditgol kewuuji mawningol ñalawmaɗemngal Arab, udditɗi to galle mooɓondire Nuwaasoot, ñalnde altine 1 mars 2010. Hikka, konngol mawninirgol nguun ñalngu ko «Ɗemngal Arab, ɗemngal diine men e neɗɗaagu men».

Waggini mawningol ñalngu nguu ko Diiso siynoowo Fedde Aarabaagal toppitiinde ko fayti e nehdi e pinal e ganndal. E nder diskuur mo o waɗi toon, gardiiɗo hilifaaɓe Muritani o wiyi wonde leydi men ina mawnina oo ñalawma e sahaa mo Diine Lislaam foti dartaade geɗe jahooje e bonnude ɗum, bonnude pinal men, sabu mum en yiɗde waawnude gootiɗingol pine rewrude e julyultondiral faggudu, ñongagol jolɗe e ƴellitaare karallaagal kumpital hulɓiniinde.
E nder diskuur he o wiyi : « Hannde, e tuugaade e jamirooje persidaa leydi ndi, hono Muhammed wul Abdel Asiis, ko en waɗooɓe ƴellitaare e ndeenka ɗemngal Arab fiɓnde. Ma en ndarano waɗtude e payndaale men kuftodingol kuutoragol maggal e njuɓɓudi laamu, kam e waɗde ngal ɗemngal njiylawu to bannge ganndal.
Ndimaagu men e kisal neɗɗaagu men timmataa ɗoon ɗo ɗemngal Arab heɓtaani palaas mo foti wonde o, so ɗemngal gostondiral, ɗemngal cardugal ganndal siyaas ngal wonnoo gila dawaa-dawi ».

Sokna Siisee Mint Seek wul Boyda, kalifu pinal e cukaagu e coftal ɓalli kam ne ƴettiino konngol, holliti heen wonde, ko ɓuri bonde e ɗemngal Arab fof ko laygol ɗemɗe nokkuyankooje e calsalte …
Ndaw ko haani so Muritani mawninii ñalngu ɗemngal Arab, ɗemngal ngenndiwal, ɗemngal bannge e Muritaninaaɓe. Ko noon kadi haaniri, Muritani daranoo mawninde ɗemɗe ngenndiije ɗee kala.
E hitaande 2006, won Muritaninaajo gooto meeɗi wiyde mi «wonde ina weltii ko mbiy-mi, so o fellitii firde ‘Fooyre Ɓamtaare’ o fotnoo firde ɗum ko e Arab, wonaa kay e Farayse ». Ɗum waɗnoo ko to nokku Kalifu geɗe nder leydi, tawi eɗen njahi toon ɗaɓɓande Fooyre Ɓamtaare yamiroore caggal nde yowaa e hitaande 1990. Jaabi-moo-mi, « ɗum kay haawnaaki, ma a taw ko won bonnitooɓe tan hakkunde leƴƴi Muritani, kono kay, miin e bayɗo no mbay-mi, Arabɓurani mi ɗemngal Farayse, ɗemngal koɗal, sabu dalillaaji keewɗi : Arab ko ɗemngal Ɓuraana men tedduɗo o. Arab ko ɗemngal hoɗdiiɓe am, ɗemngal ngenndiwal, no Pulaar, Sooninke e Wolof nii. Mbiymi mo, wonde so o yiyii won añtuɓe Arab (wonaa kay añɓe Arab), ko sabu wiyeede ina waawnee heddiiɓe. Neɗɗo noon, hay so ko naatde Aljanna, wiɗaa waawneede. Kono kay, leƴƴi ɓaleeji Muritani meeɗaa añde Arab, finnde mum, ko kala pullo jibinaaɗo, so dañii duuɓi jeeɗiɗi, baaba mum nanngat e junngo mum, nawa ɗum duɗal Ɓuraana, nde tawnoo fuutankooɓe ko diineyankooɓe. Tee, ndeen e Fuuta, kala moƴƴo jikku, kaaraysire, hay moƴƴo ŋari, wiyetee ko « ellee Aarabe » !  Kono tan, wuurduɓe e leydi, gootoe mum en fof ina foti hormaade pinal goɗɗo o. Tee, keewal ɗemɗe e leydi he, ko ngalu, wonaa tonngol …».
Ndeke, hooreejo hilifaaɓe Muritani ina foti waylude konngol mum ngol wiya « ko en waɗooɓe ƴellitaare e ndeenka ɗemngal Arab e Pulaar e Sooninke e Wolof, fiɓnde. Ma en ndarano kuftodingol kuutoragol majje e njuɓɓudi laamu, kam e waɗde ɗe ɗemɗe njiylawu to bannge ganndal fayndaare men. »
Kalifu pinal e  cukaagu e coftal ɓalli oo noon, ko haali ko, ko haala mbonka no feewi, sibu ɗemɗe nokkuyankooje, walla calsalte luurondiraani e Arab, keedaani ɗum e naange. Ko o palɗo ɗemngal. Haala mbaaka nii e nder leydi keewndi ɗemɗe, joom mum ina foti faweede kuugal, sibu woni ko semmbinde kiiɗal ɗemɗe goɗɗe. Eɗen mbiya Siisee mint Seek wul Boyda yo anndu wonde ɗemɗe leydi nay ɗee ko timmotirooje, tee kañje poti hakke, eɗe poti fotndeede rip to denndaangal fannuuji nguurndam.

Bookara A. Bah

Oɗon mbaawi tarde ɗo jaŋtawol AMI :
Mauritanie/Langue/Commémoration
Le Premier ministre supervise le démarrage des manifestations marquant la journée de la langue arabe
Nouakchott, 1 mars (AMI) – Le Premier ministre, Dr. Moulaye Ould Mohamed Laghdaf a supervisé lundi matin au palais des congrès de la capitale le démarrage des manifestations marquant la journée de la langue arabe.
La commémoration de cette journée, qui coincide avec le 1er mars de chaque année, est célébrée sous le thème de “la langue arabe langue de notre religion et de notre identité”.
Elle intervient en réponse à la décision du conseil exécutif de l’organisation arabe pour l’éducation, la culture et la science.
L’évènement a été marqué par un discours du premier ministre, Dr. Moulaye Ould Mohamed Laghdaf qui a précisé que notre pays commémore cette journée au moment où la civilisation islamique fait face à plusieurs attaques dans le cadre d’une lutte acharnée et inéquitable visant à porter atteinte à la vocation et à l’identité et tendant à l’uniformisation des concepts civilisationnels dans la perspective d’un projet de civilisation uniforme soutenu par la mondialisation économique, la contraction des distances et le développement prodigieux des techniques de communication.
Voici le texte intégral de ce discours:
“Bismillahi Rahmani Rahimi;
Mesdames, Messieurs;
Honorable assisatance
Il me plait, au moment où nous nous réunissons au cours de ce grand rassemblement de penseurs, d’hommes de culture, de littéraires, dejurisconsultes musulmans, d’hommes de la plume et de l’opinion, de superviser le démarrage des activités de cette journée spéciale à la langue arabe, qui est d’abord la langue du Coran, ensuite celle du Prophète Mohammed (Paix et Salut sur Lui) et de la première génération de ses compagnons qui ont eu le privilège de propager notre religion islamique, de fonder notre civilisation et de préciser notre vocation.
Nous organisons aujourd’hui, pour la première fois dans l’histoire de la république islamique de Mauritanie, une semaine sous le thème “la langue arabe, langue de notre religion et de notre identité” au moment où la civilisation islamique fait face à plusieurs attaques dans le cadre d’une lutte inéquitable et sans merci visant à porter atteinte à sa vocation, à son identité et tendant à l’uniformisation des concepts civilisationnels dans la perspective d’un projet de civilisation unique soutenu par la mondialisation économique, la contraction des distances et le développement prodigieux des techniques de communication.”
Mesdames, Messieurs,
La langue arabe constitue le premier vecteur de notre civilisation et de notre culture en tant que société arabo islamique qui avait joué un rôle majeur dans la propagation de la religion islamique pour que la chariaa d’Allah soit la référence dans cette partie de la planète lorsque les instruments d’acquisition du savoir étaient rares et les moyens de communication plus difficiles dans des contrées où seule régnaient la logique de la force et la lutte pour la survie.
Après les changements au niveau des données historiques et la mise de toute la zone sous la tutelle du colonisateur européen, la langue arabe est restée toujours le seul recours dans le pays pour défendre sa vocation et le rempart le plus solide pour se protéger contre l’aliénation civilisationnelle et culturelle que vise le projet colonial qui se basait sur le flux culturel en tant que meilleur moyen de gouverner et de maîtriser les populations colonisées.
Aujourd’hui, et conformément aux orientations du président de la république, monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, nous allons faire de la promotion de la langue arabe et de sa défense un principe, de son appui et de sa généralisation comme langue de travail, d’échanges administratifs et de recherche scientifique un objectif.
Notre souveraineté et notre identité resteraient incomplètes si la langue arabe n’occupe pas la place qui lui revient et devienne une langue d’échanges et un vecteur de science comme elle l’a toujours été à travers les âges.
Mesdames Messieurs,
honorable assistance,
Notre présence aujourd’hui à une occasion comme celle-là, est une autre preuve de la place qu’occupe la langue arabe dans nos cœurs et de la relation décisive qui nous relie à cette langue.
Je profite de l’occasion pour adresser un appel aux Ulémas, aux chercheurs, aux leaders d’opinion, aux journalistes, aux travailleurs de l’administration pour œuvrer à ancrer l’usage de la langue arabe dans leur pratique quotidienne.
En conclusion, je déclare ouvertes les manifestations marquant la journée de la langue arabe en Mauritanie.
Je vous remercie”.
Auparavant, Mme Cissé Mint Cheikh Ould Boida, ministre de la culture, de la jeunesse et des sports avait prononcé une allocution dans laquelle elle a souligné que la langue arabe continue à faire face à nombre de sérieux défis en dépit des efforts consentis par les pays arabes pour la promouvoir, développer et moderniser à travers la traduction des connaissances humaines scientifiques et œuvres des penseurs.
Elle a ajouté que le plus grand défi auquel fait face la langue arabe est la propagation des langues locales et dialectes qui lui suppléent et la langue de travail ainsi que sa mise à l’écart en tant que vecteur de sciences (médecine, mathématiques, ingénierie et nouvelles technologies) relevant que le défi de l’internet et la marge réduite laissée à l’arabe est une exemple qui montre l’ampleur des défis.
Mme la ministre a encore noté que la Mauritanie a fixé le 1er mars de chaque année journée de la langue arabe relevant que notre pays est membre à part entière dans toutes les organisations concernées par la promotion de la langue. Dès lors on peut compter sur elle pour mettre en œuvre les plans devant servir cette langue tant au niveau régional que local.
Elle a ajouté que la Mauritanie a estimé que qu’il est opportun de célébrer la journée de la langue arabe et d’y ajouter une semaine de manifestations et d’activités chaque secteur contribuant pour mieux servir l’accès du public mauritanien et réaliser l’objectif de la sensibilisation et de la mobilisation au profit de notre sainte langue.

AMI 

4 JOWE

  1. yo wuur wuurtinoo6e pine e

    Par jaalo (non vérifié), le mar, 03/02/2010 – 18:19.

    yo wuur  wuurtinoo6e pine e jokkoo6e endham.

    banndiraa6e  on njiyii oo bone , kaalaadho kadi .

    hoto alla rokku peccoowo renndo sago mum

  2. Ko ɗemngal aarab tan wowletee e nder Muritani?

     

     

    Par Umar (non vérifié), le jeu, 03/04/2010 – 19:11.

    Mawninde ɗemngal mum muynaangal no moƴƴi kono nde tawnoo Muritani no woodi leƴƴi goɗɗi ɗi wonaa aarab, ministirɓe ɓee no haanunoo ewnaade nyalaande ndee Nyalaande ɗemɗe ngenndiije. Si ɗemɗe e leƴƴi fotaali e leydi, ɗum adday luuluural.

    Mi salminii on.

  3. hol mbo fawata e makko kuugal?

     

    Par koɗo (non vérifié), le jeu, 03/04/2010 – 19:45.

    so a yiyii o haali kaa haala; ko anndude alaa pawoowo e makko kuugal sabu ngol konngol. ganndo gooto wii: so woowtii koyeera; ka hoyta e mah. kalfinaado pinal leydi so haalii kaa haala; fotnoo ko weddeede pade.

  4. Ko musiiba leydi ndii o joofii, kono kabtoro-den hakkilantaagal

     

    Par koɗo (non vérifié), le lun, 04/25/2011 – 17:28.

     To lasli, leyyi men ina mbaawi faarnoraade demngal arab sabu hurum maggal kono en mbaawataa ngal jeynaade nde tawnoo alaa fof to mbaaw-den dum dallinde e nder taariik.

    Kaaldo oo noon haali tan ko hakke faamaamuya sabu jogaade ganndal e faamde ngal wonaa huunde wo'otere saka noon kadi e anndude sa'nga nde ngal foti huutoreede. Yo Alla dadndu en e been ubbutoobe fitinaaji no oo mbo faamaani ko fotnoo wonde darnde mum hannde e nder yellitaare demde kam e leyyi leydi menMuritani

Comments are closed.